Construction d'un Site Web :
outils Web évolués

Revenez à la page d'accueil
RECHERCHEZ

Le Site
Le Web
COMMENT
Utilisez le Site
Apprentissage des
     Bases

Surfer sur le Web
Utiliser Courrier
     Électronique

Rechercher des
     Informations

Téléchargement      de Fichiers
Participer aux      Groupes de
     Discussion

Conferences
Les Joies du      Multimédia
Construction d'un      Site Web
Faire des Affaires
     sur le Web

Protection de
     L'Individu

RESSOURCES
Glossaire
Écrivez-Nous

Le langage HTML a fait du chemin puisqu'il a été créé le premier, offrant aux concepteurs Web plus d'options de présentation graphique. Cependant, le langage HTML en lui-même ne procure presqu'aucune interactivité en dehors de la possibilité de passer d'un document à l'autre ou d'une zone d'un document à une autre.

Néanmoins, il est possible de transformer un site statique en site dynamique, permettant aux visiteurs d'effectuer un nombre d'actions directement à partir de votre page Web. Par exemple, ils peuvent rechercher des informations dans une base de données ou sélectionner plusieurs articles dans un formulaire et obtenir une réponse personnalisée. Jusqu'à présent, ce type d'interactivité a été accompli au moyen de scripts Common Gateway Interface, plus connus sous le nom de scripts CGI.

Common Gateway Interface (CGI)

En termes simples, un script CGI est un programme qui s'exécute sur un serveur Web et qui est déclenché par des entrées émanant d'un navigateur. Le script est généralement un lien entre le serveur et d'autres programmes s'exécutant sur le système, une base de données par exemple. La majorité du travail s'effectue sur le serveur, à l'arrière-plan. Vous ne voyez que le résultat. Un script CGI se distingue tout particulièrement par sa faculté de communication à double sens via l'utilisation du langage HTML.

Le devant de la page Web est alors programmé en HTML et le script CGI est généralement écrit en langage de programmation C ou Perl. Les scripts CGI peuvent être utilisés pour une large gamme d'applications Web, allant de la plus simple à la plus complexe. Par exemple, un simple script CGI peut suivre le nombre de visiteurs à l'aide d'un compteur ou il peut mettre à jour automatiquement chaque page avec l'heure et la date courantes.

Image interactive Cependant, l'utilisation la plus courante des scripts CGI est l'implémentation d'images avec hyperliens et de formulaires. Une image avec hyperliens, ou image interactive est une image graphique, généralement de taille importante, comportant des zones distinctes auxquelles sont associés des URL différents. Un script CGI destiné à une image interactive gère la liste des coordonnées associées aux URL. Lorsque vous cliquez sur une zone spécifique de l'image, le navigateur envoie les coordonnées au serveur, qui utilise un script pour localiser l'adresse (URL) exacte et renvoie la page HTML correspondante au navigateur.

Cependant, les scripts CGI démontrent toute leur efficacité avec les formulaires à remplir. Il peut s'agir de simples formulaires de courrier électronique ou de boîtes de saisie de données destinées aux recherches ou bien de formulaires d'enquête à choix multiples ou formulaires bons de commande qui traitent les commandes en ligne. Un formulaire est composé en langage HTML, de telle sorte qu'il permette au lecteur d'entrer des informations en sélectionnant des boutons, en déroulant ou en faisant défiler des menus, en saisissant du texte dans des zones de saisie de données ou par des combinaisons variées de toutes ces fonctions.

Un formulaire Deux boutons se trouvent généralement au bas du formulaire : l'un permet de réinitialiser ou de vider le formulaire (effacer le contenu des boîtes) si l'utilisateur veut recommencer et l'autre permet de valider les données. Le bouton de validation est le déclencheur qui initie le processus. Il envoie les informations au serveur, le pointant sur le répertoire CGI et sur le script approprié pour exécuter la procédure.

La séquence des événements est la suivante :

Un URL pointe sur un script CGI de la même façon qu'il pointe sur tout autre document sur le serveur. Le navigateur demande l'URL à un serveur tout comme il le ferait pour un autre document.

Le serveur reçoit la demande, remarque que l'URL pointe sur un script (en fonction de l'emplacement du fichier ou de son extension, selon le type de serveur) et active ce script.

Le script effectue certaines actions en fonction des entrées du navigateur. Par exemple, il interroge une base de données, calcule une valeur ou appelle un autre programme sur le système.

Le script formate le résultat de telle sorte que le serveur puisse le comprendre.

Le serveur reçoit le résultat du script et l'envoie au navigateur qui à son tour, le formate et l'affiche pour le lecteur.

Chaque script est composé d'un en-tête qui donne au serveur et éventuellement au navigateur, des informations sur le résultat qu'il envoie. Ainsi, il sait comment formater les données de sortie à chaque étape du processus. L'en-tête ne fait en réalité pas partie du document et ne s'affiche jamais.

Les scripts CGI sont maintenant largement utilisés sur le Web et vont probablement continuer à l'être quelque temps encore. Cependant, de nouveaux outils de développement promettent d'ouvrir les portes de moyens d'expression et de communication plus sophistiqués, via une interactivité du Web encore plus grande.

Shockwave

Logo de Shockwave Un autre outil largement utilisé est Shockwave de chez Macromedia, Inc., le concepteur de Director, un programme d'animation et de création. Schockwave est un module d'extension de logiciel, conçu tout particulièrement pour travailler avec un programme existant. Dans n'importe quel navigateur Web les prenant en charge, les modules d'extension Schockwave passent en temps réel les animations Director imbriquées dans une page Web. Ainsi, vous n'avez pas besoin d'attendre le téléchargement de la totalité du fichier d'animation avant qu'il ne commence à défiler.

Cependant, le téléchargement d'une animation, si petite soit-elle, demande du temps, donnant l'impression que la page Web sur laquelle elle réside, se charge très lentement. C'est pourquoi Macromedia a développé une méthode de compression appelée Afterburner qui permet de réduire la taille d'une animation Director afin de la télécharger plus rapidement.

Internet Explorer et Netscape Navigator supportent Shockwave. Si vous ne l'avez pas déjà, vous pouvez le télécharger à partir du site Macromedia. Une fois le module d'extension installé, consultez la liste en augmentation constante des sites Shockwave.

Java

Logo de Java Bien que Schockwave marque un jalon dans l'avancement du World Wide Web, la véritable percée technologique en matière d'interactivité et de contenu multimédia réside dans un langage de programmation appelé Java. Développé par Sun Microsystems, Inc., ce puissant langage de programmation orienté objet utilise un navigateur compatible Java pour exécuter le même type d'animations que Schockwave, ainsi que de nombreuses autres applications interactives.

Tout comme un script CGI, Java est activé par une balise HTML spécifique. Par contre, à l'inverse des scripts CGI qui demandent des informations au serveur pour exécuter des applications ou traiter les entrées, le langage Java permet aux développeurs de créer un contenu qui peut être livré aux utilisateurs, ces derniers l'exécutant sur leurs ordinateurs. Ce logiciel peut prendre en charge tout ce à quoi les programmeurs peuvent rêver, des feuilles de calcul et des tutoriels aux jeux interactifs et à différents types d'animation.

Une application Java bien conçue sur une seule page Web peut retenir un utilisateur très longtemps. Plutôt que de fournir uniquement du texte, des sons, des images ou des séquences vidéo, une page Java peut offrir un lieu pour jouer, apprendre ou communiquer et interagir avec les autres d'une telle manière qu'il n'est pas nécessaire d'aller ailleurs sur le Web à l'aide des hyperliens. Ainsi, Java transforme le Web en un système de livraison logicielle dans lequel les utilisateurs ont des choses à faire et pas uniquement des endroits à visiter. Ceci permet de modifier le comportement des utilisateurs qui surfent actuellement sur le Web, pour les amener à se divertir et à s'instruire dans de nouveaux environnements interactifs.

Comment cela fonctionne-t-il réellement ? Java rend les navigateurs compatibles Java suffisamment intelligents pour interpréter et exécuter le contenu, au lieu de se reposer sur les serveurs pour fournir des informations et des fonctionnalités. Lors du téléchargement d'une page Web qui contient la balise hypertexte "APP," le navigateur Java sait qu'un type d'application Java spécifique, appelé « applet » est associé à la page. Le navigateur télécharge alors un fichier d'informations qui décrit l'exécution de cet applet. Ce fichier est écrit en bytecodes (codes intermédiaires). Le navigateur Java interprète ces codes intermédiaires et les exécute comme un programme exécutable sur l'ordinateur de l'utilisateur. Tout ce processus de téléchargement et d'exécution se produit automatiquement. Lorsqu'un navigateur Java demande une page Web, la procédure énoncée ci-après se déroule.

Le document HTML est envoyé dans le navigateur de l'utilisateur. Le document contient une balise APP qui identifie l'applet.

Le bytecode de l'applet correspondant est transféré à l'ordinateur de l'utilisateur. Au préalable, ce bytecode a été créé par un compilateur Java à l'aide du fichier code source Java de l'applet.

Le navigateur Java sur l'hôte de l'utilisateur interprète les bytecodes et fournit l'affichage.

Ultérieurement, l'utilisateur peut déclencher des actions interactives avec l'applet sans devoir effectuer d'autres téléchargements via le serveur Web du fournisseur. Ceci est dû au fait que le bytecode contient toutes les informations nécessaires pour interpréter l'applet. De ce fait, le serveur ne calcule plus un résultat, c'est le navigateur Java qui devient le mécanisme de calcul.

Mise à jour : 10.12.00


Learn the Net
Learn the Net (www.learnthenet.com). Droits de Reproduction 1996-2015. Tous Droits Réservés.